Glendon - français

Volume 7 - Numéro 1 - Printemps 2011

Issue link: http://digital.yorku.ca/i/26053

Contents of this Issue

Navigation

Page 14 of 29

COLLOQUE COLLOQUE SUR « LE PLURALISME RELIGIEUX ET L’IMMIGRATION » : BELLE RÉUSSITE DU Poursuivant sur la lancée de ses précédentes activités, le Centre sur les défis mondiaux du Col - lège universitaire de Glendon a tenu un remar - quable colloque le 27 janvier dernier à Québec. Orga nisé en étroite collaboration avec la Fonda - tion Trudeau et l’École nationale d’administration publique du Québec (ÉNAP), cette rencontre a permis à neuf spécialistes de faire le point sur les tendances, les options et la gestion qu’impli quent les ques tions du pluralisme religieux et de l’immi - g ration. Dans les faits, ce sont davantage les questions de l’immigration et des accom mo de - ments raisonnables qui ont retenu l’attention des confé ren ciers et suscité les commentaires et questions des interve nants. Après le mot de bienvenue du professeur Nelson Michaud, directeur de l’enseignement et de la recherche à l’ÉNAP, ce fut au directeur du Centre sur les défis mondiaux du Collège univer sitaire de Glendon, Alex Himelfarb de lancer les débats. Dans son mot d’ouverture, celui-ci a indi qué que vu d’un peu partout dans le monde, le Canada était perçu comme une terre d’accueil, un modèle même à cet égard. « Notre type de multicultu - ralisme demeure un actif », a-t-il dit, «mais on ne peut éviter continuel le ment les ques tions qu’il soulève. » Pour M. Himelfarb, le Canada profite nettement de l’immigration, mais la réflexion sur la gestion de l’immigration, de l’intégration et de la réponse aux enjeux sociaux soulevés par elle est plus avancée au Québec, notamment grâce aux travaux de la Commission Bouchard-Taylor sur les accommodements rai son nables. Selon le directeur du Centre sur les défis mondiaux, tout le Canada devra joindre à court ou moyen terme la discussion lancée par la publication du rapport de cette commission. D’ABORD, CLARIFIER LES ENJEUX Le premier panel s’est mis au travail, modéré par Don Newman, président de Canada 2020 et ancien journaliste senior de la CBC. Le président fondateur d’Environics Institute for Survey Re - search, Michael Adams, a présenté les résul tats d’une enquête d’opi nion réalisée auprès de 2 021 Canadiens qui ont accepté de ré pondre chacun à 135 questions des enquêteurs. Michael Adams a indi qué que les Canadiens, dans leur très grande majorité, s’ils demeurent confiants, sont inquiets de la crise économique globale que nous venons de subir. Les Canadiens ont égale ment une auteur : Michel Héroux CENTRE SUR LES DÉFIS MONDIAUX grande confiance dans leur système collectif de santé, lequel est le plus important élément iden - titaire national devant le drapeau, par exemple. Dans leur grande majo rité, les Cana diens sont à l’aise avec la diver sité ethnique croissante du Canada, eux qui consi dèrent encore que le Canada demeure le meil leur «scout » du monde. Les Canadiens sont fiers ou très fiers de leur pays dans une propor tion de 95%, et au Qué bec, les Qué bé cois sont fiers d’être Cana diens à 86%, divisés moitié-moitié entre «fiers» et «très fiers». M. Nelson Michaud M. Pierre Gerlier-Forest et M. Alex Himelfarb En ce qui regarde l’immigration en général, les enquêtes indi quent que les quatre cinquième des Canadiens nés ailleurs qu’au Canada sont atta - chés d’abord au Canada plutôt qu’à leur cont rée d’origine. Neuf Canadiens sur dix rejet tent toute politique d’immi gra tion qui serait raciste. Depuis l’an 2000, pour la majorité de nos concitoyens, il n’y a pas eu trop d’immigra tion au Canada. De plus, la majorité des Cana diens ne croit plus que « les immigrants vien nent nous voler nos jobs », et pense qu’ils cont ri buent posi ti vement à l’éco - nomie. Les deux tiers des répon dants de l’en quête croient les immigrants n’adop tent pas les valeurs canadien nes, et n’aiment pas « voir des hommes dire à des femmes quoi faire». Autre révélation, la plu part des Cana diens doutent que les musul - mans canadiens vont adopter les coutumes de notre pays. Enfin, sui vant les sonda ges, une majo - rité des Québécois et une très substantielle mino - rité des Cana diens veulent que le voile pour les fem mes soit banni. M. Don Newman M. Michael Adams Après l’exposé de Michael Adams, le professeur Jocelyn Maclure, de la Faculté de philosophie de l’Université Laval a rap pelé que d’un point de vue normatif, la religion ne doit pas jouir d’un statut spécial dans notre pays. La liberté de religion, a- t-il expli qué fait partie de la liberté de conscience. Une fois cela posé, il a cependant mis en garde l’auditoire : s’il peut exister certains liens entre le pluralisme religieux et l’immigra tion, il faut tou - jours distinguer les deux réalités, car il n’y a pas de recou pe ment par fait entre les deux. Pour sui - vant sur ce thème, il a expli qué que beaucoup de pays font face au défi de l’amé nagement de ce qu’il a appelé la « diversité morale » des citoyens, peu importe par ailleurs la forme des rap ports entre l’État et les religions. Pour le pro fesseur Maclure, il y a au Canada une inqui étude percep - tible sur cette question. D’une part, on ne peut Glendon Magazine 2011 ] 13 [ La Revue de Glendon 2011

Articles in this issue

Archives of this issue

view archives of Glendon - français - Volume 7 - Numéro 1 - Printemps 2011