Glendon - français

Volume 7 - Numéro 1 - Printemps 2011

Issue link: http://digital.yorku.ca/i/26053

Contents of this Issue

Navigation

Page 8 of 29

CÉRÉMONIE DE REMISE DES DIPLÔMES VIOLA LÉGER NOUS PARLE ! DISCOURS DE MADAME VIOLA LÉGER, RÉCIPIENDAIRE D’UN DOCTORAT HONORIFIQUE DU COLLÈGE GLENDON M. le Chancelier, l’honorable Roy McMurtry, M. le Président et Vice-chancelier, Mamdouh Shoukri, M. le Principal du Collège Glendon, Kenneth McRoberts, Chères personnes honorées, chers membres du corps professoral et du personnel, Chers diplômés, étudiants et anciens étudiants, Distingués invités, Mesdames et Messieurs, Quel honneur et quel privilège de faire partie de la famille Glen - don College – York University! Thank you for sharing your renow - ned liberal arts education – the social sciences and humanities – and your commitment to diversity, equity and social justice : the core of our human life. Mon identité, comme pour plusieurs parmi vous probablement, se nourrit déjà à de racines diverses, vastes, profondes. Et tant et tant d’autres parcelles d’identité se sont greffées à moi au fil des ans. Je suis Acadienne, je suis Canadienne, je suis née aux États-Unis. J’ai foulé bien des planches sur les scènes du monde, de Moncton à Monaco, en passant par Paris, Montréal, Toronto, Winnipeg. Et combien d’autres ! Merci de partager votre formation réputée en arts libéraux – scien ces sociales, lettres et sciences humaines – et merci de votre engagement envers la diversité, l’équité et la justice sociale qui forment les bases de notre vie humaine. Je parle français et anglais. J’ai été sénatrice au gouvernement du Canada. Mais ma véritable identité, comme la vôtre, va bien au-delà des mots. Elle transcende la langue que nous parlons. Elle résulte de la vie, de ses expériences enrichissantes et tris tes, de la recherche, du questionnement et aussi de la découverte. C’est ainsi que nous nous rencontrons. Que nous nous recon nais - sons. Que nous nous comprenons. Notre lien est intercul turel. Et ce lien interculturel est source d’espoir. En effet, nous n’alignons plus nos cultures pour les admirer ou les analyser. Et nous ne les mélangeons plus dans un grand creuset, en essayant de mettre notre âme et nos créations dans un seul et même moule. La réa - lité interculturelle est à des années-lumière du creuset. Les cultu - res ne s’étouffent pas. Au contraire, elles se nour rissent mutuel - lement. De nouvelles perceptions de la vie naissent de cette inter - cultu ralité. C’est aussi ce qui se passe avec l’art. Comme vous vous en doutez, mon passage au Sénat a été à la fois un grand privilège et un énorme apprentissage de l’immen - sité et de la complexité de ce grand pays, le Canada. À la Cham - bre haute, j’ai côtoyé un grand nombre de personnes dis tin - guées, dévouées et hautement qualifiées. J’ai été particulière - ment impressionnée par les réalisations des comités et du per - son nel du Sénat qui représentent l’insti tution avec intégrité et professionna lisme. Mes quatre années au Sénat ont provo qué une réflexion conti nuelle, un débat intérieur constructif, une Mme Viola Léger À VOTRE SANTÉ VIOLA LÉGER ! Je suis ravie d’avoir l’honneur de porter un toast à Mme Viola Léger. Je suis une admiratrice de longue date, depuis l’époque où, étudiante, j’ai vu la grande dame du théâtre sur scène dans le rôle de ce merveilleux personnage de femme de ménage, qui raconte sa vie avec un brin d’humour et une superbe philo - sophie : l’inoubliable Sagouine. Viola Léger est bien connue pour son rôle de La Sagouine qu’elle a joué plus de 2 000 fois tant en anglais qu’en français. Mais Viola Léger n’est pas seulement La Sagouine. C’est une femme dotée de nombreux talents. Elle compte de nombreuses réalisations à son actif. Elle a été enseignante, comédienne au théâtre, au cinéma et à la télévi sion, metteure en scène et directrice de théâtre dans les deux langues officielles du Canada, langues qu’elle défend avec une magnifique ardeur et éloquence. En 2001, elle a été nommée au Sénat canadien. Pendant son mandat de sénatrice, elle s’est distinguée en se faisant la championne des minorités. Elle a défendu des causes difficiles et souvent délicates comme les droits des peuples autochtones du Canda et des minorités linguistiques et la reconnaissance des artistes canadiens. Viola Léger est l’ambassadrice d’une langue, d’un peuple, d’une région : l’Acadie. Elle a reçu, tout au long de sa carrière, de nombreuses distinctions honorifiques bien méritées. C’est une femme énergique et dévouée qui continue à inspirer une nou velle génération surtout par sa passion, son enthousiasme et son grand talent. Je vous invite à lever votre verre en l’honneur de Viola Léger, une Canadienne exceptionnelle, une digne représentante de la culture acadienne et de la francophonie canadienne, une défenseure des droits des minorités et une artiste talentueuse. Comme la Sagouine, elle représente un trésor national. Puisse- t-elle continuer à nous inspirer grâce à ses représentations émouvantes, pendant de très nombreuses années encore. À votre santé, Mme Léger. Rosanna Furgiuele La Revue de Glendon 2011 ] 7 [ Glendon Magazine 2011

Articles in this issue

Archives of this issue

view archives of Glendon - français - Volume 7 - Numéro 1 - Printemps 2011