Glendon - français

Volume 7 - Numéro 1 - Printemps 2011

Issue link: http://digital.yorku.ca/i/26053

Contents of this Issue

Navigation

Page 9 of 29

CÉRÉMONIE DE REMISE DES DIPLÔMES (suite) curio sité et une recherche pertinente qui, à la fin, définis sent la démocratie. ET MAINTENANT, LES ARTS. La fonction de l’œuvre artistique est de rap procher les gens en sti mulant le dia lo gue. Les arts jouent un rôle indispensable dans notre compréhension mutuelle. La création artistique éveille les consciences. Elle est source de méditation, d’inspira tion, de réfle - xion et de réconfort. Les arts contribuent à l’équilibre des indi - vidus, à élever l’âme, et nous permettent de respirer, de vivre. Sans la beauté, sans le rire et les pleurs, on ne peut pas vivre. Les arts nous définissent et nous aident surtout à comprendre ce que nous sommes en tant que Cana diens, et où nous en som - mes en tant que société. La culture est l’ensemble des traits distinctifs, spirituels, matériels, intellectuels et affectifs qui caractérisent une société ou un groupe social. Outre les arts et les lettres, la culture englobe les modes de vie, les systèmes de valeur, les traditions et les croyan - ces. La culture canadienne résulte de l’union de différen tes cultures et traditions, toutes aussi riches les unes que les autres. Nos caractéristiques uniques sont enrichies par l’apport des cultu res autochtones et de nombreuses autres influences cultu - relles qui se sont graduellement ajoutées à la culture cana - dienne. Notre mode de vie est occidental et nord-américain, mais aussi autochtone, ukrainien, pakistanais, sénégalais, aca - dien et irlandais, pour ne citer que quelques influences. Nous sommes un pays nordique, de froids extrêmes et de plu - sieurs saisons. Notre milieu intellectuel puise sa force dans l’ex - tra or dinaire synergie d’hommes et de femmes venus de par tout pour participer au grand projet collectif qu’est le Canada. L’uni - formité n’est pas ce qui nous caractérise. Nous sommes la diver - sité même, mais nous avons en commun notre attache ment à nos valeurs, qui sont une importante dimension de notre culture. John Ralston Saul ne se trompe pas lors qu’il soutient que: «Seule la culture cana dienne peut exprimer la singularité de notre pays bilingue, multiculturel, pro fondément marqué par ses racines auto chtones, le Nord, les océans et sa pro pre immensité.» Nous sommes donc une humanité nou velle. Une humanité qui naît de la ren contre des peuples divers et de l’extra ordinaire métissage culturel qui en ré sulte. «Hier, c’est de l’histoire, demain est un mystère et aujourd’hui est un cadeau: c’est pour cela que nous l’appelons le PRÉSENT. » Je ne sais pas à qui attribuer cette cita tion, mais j’en ai fait ma devise. Une grande partie de ma vie a été bâtie autour de mon rôle d’inter prète de La Sagouine, une remarquable pièce de théâtre d’Antonine Maillet. Pour conserver tous mes sens affûtés et en éveil, j’ai dû toujours vivre « dans le présent ». Si je veux réussir comme interprète de mon personnage, il faut que je vive mon présent, mon maintenant, à chaque instant. Je ne peux pas me permettre de vivre ni dans le passé qui n’existe plus, ni dans le futur qui est un mystère. Chères personnes honorées, chers diplômés… Je vous adresse toutes mes félicitations ! Ce moment est votre Présent. Et avec des termes plus simples, mais non moins profonds, j’aime rais conclure par deux de mes citations préférées de La Sagouine : « C’est pas d’aouère de quoi qui rend une parsoune bénaise, c’est de saouère qu’a va l’aouère. » Et puis : « Ben faut qu'une parsoune se pornit coume elle est, et asseyit point de parler ou de marcher coume les autres. Non, une par soune est bien obligée de ressembler au pays qui l'a nourrie et mise au monde. » Merci. JULIA DREXLER EST À LA RECHERCHE DE VOS PUBLICATIONS auteure : Julia Drexler Chers diplômés, il y a quelques années, pour animer une vitrine vide et tris tou - nette à l’entrée de la bibliothèque Frost, j’ai rassemblé quelques livres et articles récemment publiés par des diplômés de Glendon. J’ai aussi dressé une liste de ce que j’avais trouvé. Cette liste fut le point de départ de ce qui allait devenir la «bibliographie des publications des diplômés», maintenant dispo nible sur la page des Diplômés. Au fil des années, après des recherches dans les vieux numéros de Pro Tem, auprès de diplômés, sur Internet et avec l’aide précieuse des professeurs, j’ai dé couvert de plus en plus d’auteurs diplômés de Glendon. Si vos travaux ou ceux de vos amis ne se trouvent pas dans cette bibliographie, merci de m’infor - mer du contenu ou des noms manquants. Si vous trouvez des erreurs dans la liste, quelles qu’elles soient, veuillez m’en aviser et j’apporterai immé diatement les corrections nécessaires. Si votre nom apparaît dans la biblio graphie mais sans photo, envoyez-moi (drexler@yorku.ca) votre photo et c’est avec plaisir que je l’ajouterai. Consultez la bibliographie pour voir les noms que vous re con nais - sez : comme moi, vous serez étonné par certains des noms qui s’y trouvent. La Revue de Glendon 2011 ] 8 [ Glendon Magazine 2011 Mme Julia Drexler

Articles in this issue

Links on this page

Archives of this issue

view archives of Glendon - français - Volume 7 - Numéro 1 - Printemps 2011